Didier Lefèvre

14.10 > 24.11.2007

Didier Lefèvre

L’exposition de Didier Lefèvre, présentée à la Halle aux grains dans le cadre de l’Été photographique, sera installée au Centre de photographie de Lectoure et ouverte au public du 14 octobre au 24 novembre (du 1er octobre au 15 décembre pour les visites scolaires).

Cette exposition est un hommage au travail photographique de Didier Lefèvre, photojournaliste décédé subitement en janvier dernier, quelques jours après avoir reçu le prix Essentiels au festival d’Angoulême.

Didier Lefèvre est en effet le coauteur, avec Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier, de la bande dessinée Le Photographe, dont il est aussi le personnage principal. Tirés à ce jour à deux cent mille exemplaire, traduits en plusieurs langues, ces albums connaissent un succès éditorial exceptionnel. La bande dessinée met en scène le récit par Didier Lefèvre de sa première mission photographique avec Médecins sans frontières, en 1986, dans l’Afghanistan occupé par l’armée soviétique. L’exposition reprend des photos de ce séjour mais également des six autres qui, de 1988 à 2002, ont permis à Didier Lefèvre de suivre les bouleversements successifs du pays. La course cycliste Paris-Roubaix était un autre de ces chantiers au long cours qu’affectionnait le photographe. À contre-courant d’une pression médiatique qui pousse les photojournalistes à passer toujours plus rapidement d’un sujet à l’autre en se concentrant sur l’évènementiel, Didier Lefèvre travaillait dans la durée, pour creuser ses sujets, suivre leur évolution, nouer des relations durables avec les personnes qu’il photographiait. C’est ainsi qu’il a couvert tous les Paris-Roubaix depuis 2000 : pour lui, c’était un rendez-vous à ne pas manquer, comme l’était, dans un autre registre son retour périodique à Ljubeniç (Kosovo). Sur Paris-Roubaix, il ne s’intéressait pas seulement à la course, mais aussi à ce qui se passait après l’arrivée : l’épuisement des coureurs, la douche… Parallèlement, à partir de 2004, il entreprend une série sur “Les paysages du Paris-Roubaix”, afin de planter le décor de cette course mythique qu’est l’Enfer du Nord.

“Didier n’aurait jamais penser donner à son travail un autre rythme que celui de l’endroit où il était. Il aurait détesté traverser un pays à toute allure, dans l’urgence, les flashes et les dollars. Il prenait le temps, autrement dit des années. […] Je me souviens de l’exclamation que lui avait lancée une fermière, pendant un reportage que nous faisions ensemble au Burundi : Toi, tu es spécial comme journaliste. On dirait un homme. Didier Lefèvre était un photographe de presse qui ne travaillait pas comme un photographe de presse.”
Florence Aubenas

Exposition produite par le Centre de photographie de Lectoure, réalisée avec le concours des amis de Didier Lefèvre. Tirages d’Alain Bujak, atelier Demi-Teinte (Paris). Remerciements à Marie-José Lopez, compagne de Didier Lefèvre et aux amis de Didier Lefèvre.