Entre deux mondes

Exposition de Robin Lopvet

© Robin Lopvet

Robin Lopvet (1990, Vosges) se définit comme un artiste plasticien multimédia. Il affirme que : « Le monde est à la portée de toute personne disposant d’une connexion Internet ». Entre deux mondes, la nouvelle exposition de l’artiste au centre d’art, tend à le démontrer.

Retoucheur professionnel pour l’industrie de la mode, Robin Lopvet développe un travail personnel où il use des mêmes outils. Sa recherche artistique s’ancre dans une logique d’économie de récupération au sein de laquelle il détourne les techniques de retouches, découpages, collages ou les programmes d’intelligence artificielle recyclant ainsi aussi bien savoir-faire et images.

Les images qu’il produit prennent la forme de photographies légères peuplées d’associations saugrenues et de culture geek. Pour autant, elles n’interrogent pas moins les enjeux d’une société fondée sur l’image et ses flux tout en la désacralisant et en désamorçant le côté angoissant et paralysant des images chocs.

Robin Lopvet s’est lui-même retrouvé piégé par ce flux. L’une des images de sa série DOGS, associant des têtes de chiens trouvées sur internet et des nuages, catastrophes naturelles ou grands faits historiques, est devenue virale et a été publiée dans le monde entier. La retrouvant imprimée sous forme de produits dérivés, l’artiste achète ces objets, les signe et décide de les exposer. Un livre est alors édité par les éditions de la vie moderne, et les images existent en NFT. Ce template de meme Dust Storm Dog est toujours disponible sur les réseaux.

DJ, il cogère le label Club Late Music. Sa pratique du djing fait partie intégrante de sa démarche artistique et il y use des mêmes stratégies créatrices.

Lydie Marchi, commissaire de l’exposition

Le 7ème continent, 2022 © Robin Lopvet
L’exposition a été co-produite avec le CRP – Centre régional de la photographie Hauts-de-France à Douchy-les-Mines, elle a été produite avec le soutien du laboratoire Photon à Toulouse.


Robin Lopvet

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
Cette formule résume pour moi toute la création artistique.
Une nouvelle production peut être résumée comme un assemblage de deux choses préexistantes.
Le collage est finalement la seule forme de création.
Tout ce que je fais se rapproche d’une immense et sérieuse parodie, sans cynisme.
Comme une constante d’un manque général de sens et de saveur.
Notre monde est plein de formes et de matériaux pour récupérer, transformer, détourner.
C’est juste un jeu de langage.
Il suffit de se baisser pour les ramasser, de les démonter, de les bricoler et de les remonter.
Nous sommes devenus des couteaux suisses, des boîtes à outils.
Quel que soit le support, le processus reste le même.
Je documente la transformation de la société de consommation en société de valorisation.
Tout est fait à la main, bricolé.
Puisque la maîtrise technique n’a plus d’importance, que nous pouvons nous entraîner dans tout depuis la maison, le monde est à la portée de toute personne disposant d’une connexion Internet ».

Robin Lopvet

Né en 1990 dans les Vosges, Robin Lopvet est un artiste plasticien multimédia travaillant sur les questions des jeux de langage, d’économie de la récupération, de la parodie, du bricolage et du ludique. Pratiquant la retouche numérique depuis une vingtaine d’années, il fait partie de cette vague post-photographique qui revendique une retouche assumée, visible, ramenant un geste pictural dans des pratiques numériques.

Installé à Arles, il expose régulièrement en France et à l’international (États-Unis, Pays-Bas, Japon, Chine, Espagne, Pologne et Russie) tout en travaillant dans la retouche d’images de manière professionnelle.

En parallèle, il cogère le label Club Late Music, produit de la musique, organise des soirées et sévit en tant que DJ.
Il vit et travaille sur Internet.


Infos pratiques

Exposition du 17 février au 12 mai 2024.
Au Centre d’art et de photographie de Lectoure.
Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h, entrée libre.
Fermeture exceptionnelle le 1er mai 2024.
Ouverture le week-end de l’Ascension.


Événements associés 

Vernissage le samedi 17 février à 11h, en présence de l’artiste et de la commissaire d’exposition.
Mini stage jeune public spécial portrait avec prise de vue numérique et logiciel de montage, le lundi 19 et mardi 20 février, de 10h à 16h
Rencontre autour de l’histoire de la photographie par Lydie Marchi, directrice du Centre d’art, le jeudi 14 mars à 18h.
Visite avec Lydie Marchi, commissaire de l’exposition et dégustation de vins choisis en regard des œuvres, le dimanche 24 mars à 17h.
Restitution du workshop Photoramique avec les étudiant·es de l’École Supérieur d’Art et de Design des Pyrénées, le vendredi 22 mars à 18h.
Lecture à voix haute autour de l’exposition, le samedi 6 avril à 16h.
Mini stage jeune public pour détourner son quotidien avec l’artiste Myrtille Faget-Desqué, le lundi 8 et mardi 9 avril, de 10h à 16h
Rencontre avec l’artiste Robin Lopvet et Adrien Pupier, doctorant au laboratoire d’informatique, autour de l’intelligence artificielle, le jeudi 2 mai à 18h30.
Soirée électro imaginée par Robin Lopvet, artiste et DJ, le samedi 4 mai à 21h.


Documents disponibles

Dossier de presse
Dossier pédagogique
Visuels presse