Cheminements, Où suis-je ? S’inscrire dans l’espace

Mireille Loup, Helga Härenstam, Aurélie Haberey, Marion Poussier, Katia Bourdarel, Christina Calbari, Erwin Wurm
28.04 > 27.05.2006

Helga Härenstam, House of the extraordinary, 2006

Comme dans les précédentes éditions, de multiples activités culturelles et festives naissent des expositions : spectacles, rencontres, projections, atelier pour des jeunes, concerts en pleine nature, balades et randonnées, repas champêtres. La thématique Où suis-je ? suggère pour ces activités une dominante “arts de la rue”, dont la programmation est le fruit d’une collaboration avec Circuits, scène conventionnée pour les arts du cirque.

La journée du 28 avril sera consacrée aux vernissages des expositions avec la participation du Forum de l’image, manifestation toulousaine dont la date de clôture coïncide cette année avec l’ouverture de Cheminements. Le public du Forum, venu en bus de Toulouse, se joindra à celui de Cheminements. À l’invitation de Christian Gattinoni, directeur artistique du Forum de l’image, Rosita Boisseau, journaliste au Monde pour la danse, tissera en courtes interventions, à partir des œuvres exposées, des liens entre les thématiques des deux manifestations : Hors genres pour le Forum de l’image et Où suis-je ? S’inscrire dans l’espace pour Cheminements.

La journée s’ouvrira par une randonnée en boucle sur le vaste territoire de la commune de Magnas pour découvrir, dispersées sur plusieurs sites du village, les œuvres de Mireille Loup, en particulier les nouvelles Nocturnes qu’elle a réalisées dans les paysages de Magnas.

No Mad Band, fanfare funk, donnera un concert dans la nature au cours de la balade, puis ponctuera les moments forts de la journée. Après un repas champêtre à Magnas, les vernissages se succéderont, à Miradoux, Lectoure et Fleurance. La journée s’achèvera sous le chapiteau de Circuits nomades par un repas et un spectacle, Le Concert, de la compagnie L’Entreprise/François Cervantes, programmé par Circuits, scène conventionnée à Auch.

Le 19 mai, une randonnée organisée par Camin’art conduira les participants de Lectoure à Miradoux, avec un repas à Castet-Arrouy. En plusieurs points du parcours, Éric Lecomte, voltigeur aérien, accompagné par les improvisations au trombone de Frédéric Filiatre, se produira dans de singulières chorégraphies.

Comme en 2006, la participation à Cheminements des communes du Savès, au sud du Pays Portes de Gascogne, sera centrée sur un atelier pour les jeunes du Foyer rural avec un artiste en résidence : pendant les vacances de printemps, Marion Poussierproposera à des jeunes filles de travailler par des mises en scène photographiques sur l’image qu’elles souhaitent donner d’elles-mêmes. Le film réalisé par Éric Larrayadieudans le cadre de l’atelier 2006 sera projeté en mai dans sa version définitive au cinéma de Samatan, ainsi qu’à Fleurance en écho aux expositions de Katia Bourdarel et Marion Poussier sur le thème de l’adolescence. Cette projection sera le trait d’union entre la Lomagne et le Savès, géographiquement opposés, au nord et au sud du Pays.

Cheminements est organisé par le Centre de photographie de Lectoure en collaboration avec l’association Camin’art, l’Association pour le Développement Culturel en Lomagne (ADCL), le Foyer rural de Samatan, Culture sud, Circuits – scène conventionnée pour les arts du cirque, les galeries Les filles du calvaire (Paris) et Sollertis (Toulouse). En partenariat avec le Pays Portes de Gascogne, le Forum de l’image et la Mission jeunes artistes, les communes de Fleurance, Lectoure, Magnas, Miradoux, Samatan, les communautés de communes du Savès et Cœur de Lomagne, le Centre du Sarthé à Magnas. Avec le concours du Frac Limousin, de Picto Toulouse, de Picto Lyon et des habitants de Magnas. Cheminements reçoit le soutien de la région Midi-Pyrénées et du Conseil général du Gers.


Mireille Loup – Esquives et Nocturnes
à Magnas

Mireille Loup, Nocturnes ou les garçons perdus, 2006/07

Esquives
Esquives est l’univers mental d’une enfant, Émilie, mis en scène dans des décors naturels majestueux. Dans cette série photographique, le paysage exerce une domination symbolique : il entoure, enferme, soumet la fragile “figurine”. Chaque décor est une projection mentale d’Émilie qui lui permet d’échapper à une réalité pénible dont les images ne révèlent rien. La fillette semble subir le paysage plutôt que d’y prendre place. Les refuges qu’elle s’invente l’emprisonnent entre un imaginaire où elle ne parvient pas à s’épanouir et un monde réel hostile qui la rattrape. On pense alors à Lewis Carroll et, de même qu’Alice rapetisse ou grandit dans le décor, Émilie n’est pas non plus à l’échelle du paysage. Ce décalage renforce encore l’illusion onirique. Esquives est le titre d’un roman de Mireille Loup, publié chez Filigranes Éditions.

Nocturnes ou les garçons perdus
Nocturnes ou les garçons perdus propose des échappées nocturnes dans l’univers fantasmagorique de l’enfance. Deux “garçons perdus” voyagent la nuit en pyjama au Pays de Nulle Part. Les ambiances nocturnes ressemblent davantage à des décors qu’à des paysages naturels.

Pour réaliser ces photomontages, Mireille Loup s’est inspirée de l’œuvre de James Matthew Barrie, Peter Pan. Dans ce conte qui fut d’abord une pièce de théâtre, les garçons perdus sont des enfants tombés de leur berceau qui n’ont pas été réclamés par leurs mères et atterrissent au “Pays de Nulle Part”. Pas de Capitaine Crochet cependant, ni de crocodile dans cette série photographique. Plutôt que d’illustrer le conte, Mireille Loup a préféré reprendre les sources d’inspiration de l’écrivain : le décès accidentel et traumatisant d’un frère aîné âgé de treize ans, qui a rendu sa mère inconsolable et croyait reconnaître le défunt dans son fils cadet. Ainsi est né Peter Pan, un mélange entre James et ce frère perdu, un enfant oublié par sa mère qui refuse de grandir.

mireilleloup.com


Helga Härenstam – House of the extraordinary et Society
à Miradoux

Helga Härenstam, Society, 2007

House of the extraordinary
J’utilise ma propre maison comme scène où mes rêves se mêlent à mes expériences pour créer une réalité parallèle. Cette maison n’est pas vide, il y a une famille, dont l’un des membres, une petite fille, le “personnage principal”, a compris qu’il est possible de choisir entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Elle chemine dans la maison avec cette conscience, grâce à laquelle chaque pièce peut changer d’aspect chaque fois qu’elle ouvre une porte. Dans House of the extraordinary, j’essaie de comprendre mon environnement familier en le fixant avec insistance jusqu’à ce que sa structure s’effondre.

Society
Society est une fiction documentaire qui met en scène une micro-société dont les habitants se produisent dans des univers régis par la morale d’antan, les coutumes et les traditions familiales. Society est une manière humoristique de s’attaquer à la gravité et à la peur. C’est un atlas de souvenirs, de rêves et d’expériences, dans le prolongement de la série précédente House of the extraordinary. La méthode de travail y est proche de celle des dramaturges. À partir de quelques centres d’intérêt, je pose des limites par le choix des décors, des personnages et des objets et, à l’intérieur de ce cadre, je me donne toute liberté pour improviser, en cherchant à produire un décalage aléatoire avec la réalité. Les objets changent de place, les symboles changent de sens, le contexte et le climat affectif sont modifiés, puis le calme revient et tout rentre dans l’ordre.

Society s’intéresse aux différentes formes d’influence et à leurs effets. L’influence des morts sur les vivants, celle des enfants sur les adultes, des rêves sur l’état d’éveil et vice versa.

helgaharenstam.com


Aurélie Haberey Les secrets
à Miradoux

Aurélie Haberey, Les secrets, 2004/06

À partir essentiellement de l’image photographique, je questionne le corps et les relations qu’il entretient avec l’espace. Je le mets en scène d’après des événements fictifs ou réels, et l’utilise comme porteur de récit(s) possible(s). Chaque image est fabriquée comme une énigme pour laisser place à l’imaginaire du spectateur. Dans Les secrets, il est question d’intrusion dans l’intimité mais aussi de porte ouverte aux possibles. L’image devient support. Pour Cheminements, cinq images de cette série seront installées en grand format sur les murs des maisons d’une ruelle de Miradoux. Partant du plus intime pour aller au plus vaste, ce renversement d’échelle interroge les limites du regard.

Modèles ? Moi, je parle de personnages. C’est le corps en tant que scénario en puissance qui m’intéresse, avec son intégration au contexte, sa répartition du poids, son rapport au sol, la fragilité de son équilibre…
Le travail d’Aurélie Haberey parle de faire circuler les secrets à travers le corps. La tête ailleurs – visage hors cadre, figure cachée ou regard perdu – il se pose en silence dans un environnement à la limite du familier et de l’étrange.
S’il y a intériorité, elle est universelle : le moment d’une pause, l’évocation d’un souvenir – sans émotion apparente – laissent le champ libre à l’imaginaire.

C’est une femme. On ne sait pas d’où elle vient, où elle va, ce qu’elle a à faire…
L’énigme émerge d’une mise en scène précise et ambiguë, où le morcellement est la règle, où le motif du vêtement intervient comme décor, où les pieds, les mains et les fesses attirent l’attention que l’image donne habituellement au regard, où la campagne et la ville se confondent, où le faux rejoint le vrai.


Marion Poussier – (Un été)
à Fleurance

Marion Poussier, (Un été), 2003/05

Cette série est née du souvenir de mes étés en colonie de vacances. J’ai toujours eu pendant ces vacances le sentiment de vivre des moments forts et rares et précieux. La colonie était une sorte de parenthèse dans le reste de ma vie. Personne ne me connaissait, je pouvais alors “jouer le rôle” que je voulais. J’avais le sentiment d’être coupée du reste du monde pendant deux ou trois semaines. Le temps, suspendu, et l’espace, clos, prenaient une autre dimension. Chaque jour comptait. Les premiers surtout. Ceux où l’on cherche celles et ceux qui nous ressemblent, ou à qui on aimerait ressembler. Ceux à qui l’on se fie en premier lieu à l’apparence pour nouer des amitiés nouvelles. La question du “paraître”, de la “représentation”, inhérente à l’adolescence est au cœur de ce travail. Mais si ces images nous montrent le côté théâtral des attitudes des adolescents, c’est aussi leur propre personnalité qui transparaît, fragile et vulnérable.

(Un été) a été réalisé entre 2003 et 2005 dans trois centres de vacances (Morlaix, Fouesnant, Avignon). Aucune des situations photographiées n’est mise en scène.

marionpoussier.fr


Katia Bourdarel – Princesses de rien
à Fleurance

Katia Bourdarel, Princesses de rien, 2006

Le monde de Katia Bourdarel est traversé de princes et de princesses, d’instants de bonheurs suspendus. Il est étoilé de moments d’abandon ou de dormitions merveilleuses et de sortilèges. Pourtant son monde nous est familier, intime même. C’est ce monde, celui-ci, le nôtre, mais en image. Les photographies de Katia illustrent ce lien étrange et naïf ancré en chacun de nous qui nous relie à l’enfance. Contes de fées, princes charmants, robes de princesse : autant d’images séduisantes venues nourrir notre imaginaire et nos rêves jusqu’à devenir de précieux indices de notre avenir. Douce illusion ou mascarade de la féminité, en nous conduisant dans l’intimité des contes, Katia Bourdarel nous montre la vie dans sa complexité croissante. Suspendues entre émerveillement et jouissance hiératique, les jeunes femmes photographiées par Katia se doutent déjà qu’elles ne sont Princesses de Rien.

L’œuvre de Katia Bourdarel est un monde où prolifère l’image de soi, photographiée, brodée, dessinée, animée. Eve ou Pandore, le sujet-auteur de ces images, placé en leur centre, fait scintiller l’icône du narcissisme féminin en en bousculant les codes. Pénélope et Hélène en une seule ; la brodeuse patiente tisse des images ravageuses. Le rire pointe toujours sous la suavité du trait. (…)

Ce jeu avec les icônes de la féminité ne se réduit pas au clin d’œil : il s’agit d’humour, non de dérision, l’humour est de l’ordre de la grandeur, de ce qui défie les codes et de ce qui exalte et exhausse le narcissisme.

documentsdartistes.org
Exposition réalisée en partenariat avec la galerie Sollertis (Toulouse).


Christina Calbari – Improvisations et Short Stories of Entrapment
à Lectoure

Christina Calbari, Improvisations, 2000, et Short stories of entrapment, 2002

Improvisations
Dans la série Improvisations, Christina Calbari se photographie dans des mises en scène qui la mettent dans des relations inhabituelles avec des objets familiers. Son corps devient un matériau remodelé, habité par les objets. La performance, qui caractérise habituellement le travail de Christina Calbari, consiste ici en des danses surréalistes et grotesques avec des chaises, des tables et de vieux tuyaux. Les objets semblent prendre vie et utiliser le corps de l’artiste pour des espiègleries monstrueuses. L’artiste nous confronte à nos batailles incessantes avec les objets qui envahissent notre univers quotidien jusqu’à nous envahir nous-mêmes.

Short Stories of Entrapment
Les photos de la série Short stories of entrapment (Petites histoires d’enfermement) sont une tentative pour approcher, par l’improvisation, différentes situations symboliques d’enfermement. Pendant la pose, je tâche de me mettre dans la peau d’une claustrophobe et d’en extérioriser les différentes facettes. Je m’enferme dans des espaces exigus, qui évoquent la surveillance, l’isolement et la contrainte. Au cours de l’improvisation, mon corps côtoie des objets familiers qui, dans ce contexte, ont perdu leur fonction utilitaire pour devenir des entraves et des instruments d’enfermement. C’est ainsi que le personnage se trouve confronté à une “réalité” paradoxale qu’il a créée lui-même et dans laquelle il s’est naïvement fait piéger.

calbari.com
batagiannigallery.gr


Erwin Wurm – One minute sculptures
à Lectoure

Erwin Wurm, One minute Sculptures, 1997/98

“Depuis 1998, Erwin Wurm s’intéresse aux conditions de la création d’une sculpture, à l’évolution de cette notion et à son éventuelle correspondance avec la vie quotidienne : jusqu’où va la sculpture ? Peut-on considérer une performance comme une sculpture ? Quelle est sa pérennité ? Erwin Wurm ne limite pas ce domaine à l’objet tridimensionnel. C’est pourquoi ses One minute Sculptures associent le dessin, la photographie, la vidéo ou la performance de façon plus ou moins systématique. Les sculptures de Wurm ne durent qu’une minute. Grâce aux instructions fournies par l’artiste, elles peuvent être réactivées et renouvelées à tout instant, n’importe où et par n’importe qui. Sans passé ni futur, elles se situent dans un présent absolu aux ressources infinies. Les thèmes et les situations imaginés par Wurm relèvent à la fois du ridicule, de l’irrationnel, de l’exhibitionnisme, de l’humour, du sexuel. Chaque proposition inclut des objets issus de la vie quotidienne (aliments, vaisselle, vêtements, objets utilitaires). (…) Des hommes et des femmes ont scrupuleusement souscrit aux directives de l’artiste : une femme allongée par terre est écrasée à mi-corps par une valise, quelqu’un maintient des cornichons entre ses orteils, un homme demeure en appui par les mains et les pieds sur des tasses renversées, etc. (…) L’exécutant de la performance endosse un nouveau statut qui lui permet de dépasser les limites sociales et morales auxquelles il doit se soumettre habituellement, car il s’autorise alors des actes absurdes ou fantasmatiques. Toutefois, ces bribes de liberté restent fictives, l’individu se contentant de répondre à une projection préalablement élaborée par l’artiste.”
Pascale Jeanneret, Art Press n° 248, juillet-août 1999

“Si le travail de Wurm apparaît essentiel, à plusieurs titres, c’est qu’il articule diverses pratiques et notamment celle de l’image autour de la notion même de sculpture, en incluant l’Autre dans le processus de réalisation de l’œuvre, tout en lui soumettant un cadre d’action et une temporalité bien définie, mais en laissant ouverte la possibilité de voir l’œuvre renaître ailleurs et autrement. Deux traditions autrichiennes se poursuivent finalement ici, celle de la sculpture – dont Max Klinger signa la modernité au cœur même de la Wiener Secession – et celle de la psychanalyse d’un Flügel ou d’un Schilder qui, dans les années 30, redéfinissaient l’articulation de la réalité corporelle à sa réalité fantasmatique, notamment à travers les objets, les postures du quotidien et le vêtement.”
Christine Macel, ExtraetOrdinaire, catalogue du Printemps de Cahors, Actes Sud, 1999

erwinwurm.at
Œuvres prêtées par le FRAC Limousin.


Documents disponibles

Télécharger le dossier de presse