Rencontres Numériques

Du 4 au 14 décembre 2019.
Avec Christophe Lustri, François Drolet et La Petite.

Graphisme : Qanine.fr

→ Pour la seconde année, le centre d’art, qui s’intéresse à l’impact des nouvelles technologies sur les pratiques de création, s’associe aux Rencontres Numériques du Pays Portes de Gascogne ainsi qu’à la Fête de la lumière de Lectoure. Des ateliers de pratiques numériques seront menés par les artistes Christophe Lustri et François Drolet. La question de l’égalité femmes / hommes dans le monde culturel constitue également un engagement éthique fort pour le centre d’art. Ces Rencontres Numériques sont aussi l’occasion d’accueillir l’association toulousaine La Petite – connue pour ses soirées électros dans des lieux atypiques (The Waiting Room, Girl’s don’t cry) –, qui soutient des formes artistiques innovantes et la création des femmes.

Projet mené par Culture Portes de Gascogne dans le cadre de ses Rencontres Numériques, avec le soutien de la DRAC Occitanie, de la ville de Lectoure et en partenariat avec le Centre d’art et de photographie de Lectoure et la médiathèque – ludothèque de Lectoure.


Initiation à l’infographie • 4 décembre de 14h à 16h
Atelier Morphoses avec Christophe Lustri.
Pour les 6 – 12 ans. Au centre d’art. Gratuit, sur inscription au 05 62 68 83 72.

Initiation au VJing • 7 décembre de 9h30 à 17h
Découverte du VJing et de ses différentes applications avec François Drolet. Exploration et techniques de mixage vidéo et de visualisation sonore. Création de composition VJ. Restitution de l’atelier lors de la soirée de clôture.
Pour ados / adultes. À la médiathèque de Lectoure. Gratuit, sur inscription au 05 62 68 48 32.

Atelier féministe avec La Petite • 14 décembre de 14h à 18h
Réagir face au sexisme. Identifier les inégalités, comprendre leur construction et agir individuellement. Ludique et participatif, cet atelier donnera à ses participantes des clés pour : prendre conscience des inégalités femmes-hommes, identifier pourquoi et comment elles se construisent, construire des stratégies simples pour répondre au sexisme ordinaire. Chacune repartira mieux informée et plus outillée pour poursuivre son engagement vers plus d’égalité.
Ouvert aux femmes, aux personnes trans et non binaires.
Au centre d’art. Gratuit, sur inscription au 05 62 68 83 72.

Parcours mapping dans la ville • 14 décembre à partir de 19h
Au centre d’art à 19h, restitution des ateliers numériques suivie d’un vin chaud. À 20h, départ pour une balade dans les rues de Lectoure à la découverte de créations numériques réalisées dans les ateliers et par les artistes.

Soirée de clôture • Girl’s don’t cry • 14 décembre de 21h à 1h
OKO DJ (La Petite). Girls Don’t Cry est le média lancé par La Petite pour montrer que les filles ne pleurent pas. Elle peignent, elles dansent, elles jouent, elles chantent, elles mixent, elles dessinent, elles filment, elles écrivent, elles sculptent, elles créent. Girls Don’t Cry Party est une FÊTE !

+ Vous le VJ  ! de Christophe Lustri et François Drolet : un cube tactile vous permet de déclencher des mosaïques visuelles recomposées au rythme du DJ .
Au centre d’art, bar et restauration sur place. Entrée libre.


www.paysportesdegascogne.com
www.lapetite.fr

OKO DJ : www.bi-pole.org/artists/oko-dj/
Basée à Paris bien que sa musique soit sans frontière, la trajectoire ascendante de Marine Tordjemann alias OKO DJ l’a vue se faire une place parmi les tou(te)s meilleur(e)s DJs en Europe. Co-fondatrice de Bruits De La Passion, collectif s’affairant à proposer soirées alternatives et hors-pistes sonores, ayant pour but essentiel la création d’espaces sûrs pour la création comme la récréation, première dame du label piloté par Judaah depuis Marseille via Lyon, BFDM, ou encore Directrice de l’antenne Parisienne de LYL Radio où son show Pu$$y Nightmare s’applique à jeter une lumière plus vive sur les artistes électroniques femmes, OKO DJ est active et largement reconnue sur plusieurs fronts. Refusant de limiter sa musique à des considérations purement stylistiques et autres pré-découpages esthétiques abscons, OKO DJ aspire à nouer des liens plutôt qu’à diviser, en modelant des tapisseries sonores toujours plus riches, qui transcendent les schémas usuels de la musique dite club. Canalisant énergies et forces dans ses sets avec un panache toujours impressionnant, OKO incarne l’idée-même d’une artiste capable de s’adapter et entrer en symbiose, sans jamais trahir ce qui fait son authenticité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *